Un appartement chic à Paris avec un sérieux attrait courbe

Le mémoire était clair. Lorsque la propriétaire de cet appartement parisien sur la rive gauche a demandé à Jacques Hervouet de le redécorer, elle a avoué une profonde envie de changement. "Elle m'a dit:" Je veux que ce soit radicalement différent. Je veux qu'il n'y ait rien qui me rappelle comment c'était avant "", explique Jacques. Il l'a certainement prise au mot.

Fauteuils conçus par Federico Munari à partir du milieu des années 50, rembourrés en tissu «Frey Teddy» Pierre Frey. Une table basse vintage Jean Royère «Flaque» présente un bougeoir Jean Royère en métal de la Galerie Jousse Entreprise. Jacques a utilisé des panneaux coulissants en tissu comme traitement de fenêtre en raison de son aversion pour les rideaux. Entre les deux fenêtres, une sculpture de gratte-ciel américaine des années 1970 se dresse sur un meuble art déco en bois et parchemin de la Maison Dominique.

L'espace de 230 mètres carrés avait été aménagé dans un style haussmannien typique, avec du parquet en chevron, beaucoup de moulures et des décorations de plafond élaborées, mais peu de décoration. Jacques évoque une salle de bain traditionnelle enveloppée de marbre de Carrare et de canapés "un peu à la manière de Christian Liaigre". Avec l'aide de l'architecte Odile Burnod, il a complètement réduit le vernaculaire architectural, supprimant toutes les touches florales, redimensionnant les portes et fusionnant la cuisine et la salle à manger en une seule.

La seule œuvre connue sur le textile du peintre français René Roche au-dessus d'une console vintage de Pucci de Rossi présentant des sculptures métalliques issues d'une école d'architecture et représentant différents volumes géométriques.

Il a ensuite proposé des propositions plutôt audacieuses, dont la plus intrépide était sa suggestion d'un schéma presque futuriste inspiré du décor emblématique de Stanley Kubrick 2001: A Space Odyssey pour le hall d'entrée. Il se compose de panneaux muraux laqués gravés de gros diamants et munis de bandes de lumières LED, ainsi que d'un tapis mur à mur au motif entrecroisé. Jacques considère l'effet comme hautement cinétique. "Je voulais tester ma cliente pour voir jusqu'où elle était prête à aller", dit-il. "Il y a quelque chose de quasi mystique dans le résultat. On a presque l'impression d'être dans une chapelle."

La tapisserie murale des années 50 est attribuée aux Ateliers Pinton. Tapis conçu par Jacques Hervouet et fabriqué par Codimat. Lampadaire en bronze patiné par Carlo Scarpa et plafonnier sur mesure par Jacques Hervouet. Des chaises de Norman Cherner entourent la table à manger avec un plateau en verre de Saint-Gobain.

Et quelle a été sa réaction? "Elle était extrêmement enthousiaste", dit-il avec une certaine satisfaction. "Elle a dit: 'Je suis heureuse parce que quand je rentre dans l'appartement, j'ai immédiatement le sentiment que je ne suis pas au même endroit qu'auparavant'." Son client (une femme d'affaires et ancien médecin) avait cependant une condition préalable. Elle a insisté pour qu'il intègre un héritage familial - un pianoforte en acajou datant de 1795 - dans l'espace. Non seulement l'idée de mélanger quelque chose de classique dans un environnement aussi avant-gardiste ne l'a pas découragé, mais la demande a également séduit son amour de la musique. Jacques a commencé à jouer du piano à l'âge de cinq ans et a envisagé une fois de se lancer dans une carrière professionnelle. "D'une certaine manière, je regrette de ne pas l'avoir fait parce que j'aime être constamment baigné de musique", dit-il. "Mais, je suis aussi très content de ne pas l'avoir fait parce que j'ai une peur effroyable de la scène."

Papier peint Pierre Frey 'Yunnan', lampe de table FontanaArte c1960, fauteuil vintage par Philip Arctander, et table basse c1950 par Maurice Prè avec cendrier FontanaArte et céramique noire par Muriel Grateau.

Sa vie a pris un chemin différent à la place. Il a commencé à travailler dans la publicité pendant 10 ans, où il côtoyait Charles Saatchi et travaillait sur des campagnes Kodak avec des photographes tels que Jean-Paul Goude et Jean-Baptiste Mondino. Puis, en 1999, il opte pour un changement radical en ouvrant une galerie d'arts décoratifs rue de l'Université, qu'il dirige désormais en parallèle de son entreprise de décoration. Il est notamment spécialisé dans le travail de la Maison Jansen ("la hauteur du chic" pour Jacques), des maîtres italiens du milieu du siècle comme Gio Ponti et Ico Parisi, et des designers français des années 1970 Philippe Cheverny et Marie-Claude de Fouquières.

Sur la table à manger se trouve un plat en faïence de Helle Damkjaer de la Galerie Carole Decombe et des bougeoirs 'ZigZag' en bronze massif de Jacques Hervouet. Dans le hall d'entrée, tapis sur mesure de Jacques Hervouet, fabriqué par Codimat.

Les intérieurs qu'il crée ont généralement un certain nombre de points communs. Il a tendance à éviter d'utiliser des rideaux partout où il le peut. "Je les déteste", déclare-t-il. "Dans le meilleur des cas, ils sont acceptables et dans le pire, ils sont absolument horribles. Ils ne sont jamais droits et absorbent toute la lumière naturelle." Il préfère les salons aux tons neutres ("Vous ne voulez pas créer une lassitude visuelle"), mais introduit des touches de couleurs vives dans les espaces secondaires.

Lambris en bois laqué avec bandes LED intégrées. Sculpture du début des années 1970, signée "Dello", chaise en métal des années 1960 attribuée à Archizoom Associati et au pianoforte antique du propriétaire.

Jacques aime intégrer les courbes et les cercles, comme on le voit dans l'appartement avec la table basse Jean Royère 'Flaque' et les fauteuils Federico Munari dans le salon, et les motifs ronds dans la salle de bain principale. "Le cercle représente la complétude, la douceur et le renouvellement perpétuel", dit-il. Son inspiration pour la salle de bain opalescente provient de deux sources: la première est une paire de salles de bains en mosaïque d'or et d'argent du ministère français des Affaires étrangères dans le Quai d'Orsay créé en 1938 pour une visite d'État du roi George VI et de la reine Elizabeth II Reine mère; le second est le Japon. Un clin d'œil à une autre partie de l'Asie vient dans la salle de télévision, où un papier peint panoramique Pierre Frey «Yunnan» évoque un paysage chinois éternel.

Le couvre-lit est en tissu Lelièvre 'Tropical Jungle'. Applique murale 'Liane' vintage par Jean Royère. Table de chevet par Gio Ponti. Chaise "Bouloum" vintage par Olivier Mourgue à côté d'un dessin grandeur nature de John Lennon, signé "Angelini". Miroir C1950 en niche par les Ateliers Gouffé.

Un des objectifs esthétiques constants de Jacques est de tester les limites du bon goût. "Pour moi, la véritable élégance implique un sentiment de liberté", dit-il. Il a revêtu les murs de la salle d'eau d'invité avec un motif de panthère surdimensionné et il y a d'autres touches humoristiques trouvées ailleurs. "Dans chaque pièce, il devrait y avoir quelque chose d'un peu incongru pour montrer que vous ne vous prenez pas trop au sérieux", dit-il. Dans le salon, le lampadaire Hubert Le Gall avec sa base en forme d'oiseau allongé vous fait certainement sourire. Dans la chambre principale, une chaise longue anthropomorphe d'Olivier Mourgue se tient à proximité d'un dessin d'un John Lennon nu vu de derrière.

Baignoire de Leroy Merlin et carreaux de mosaïque de Surface. C1960 Bureau gainé de cuir Maison Jansen avec une chaise conçue par Marc du Plantier en 1949 pour le salon de couture de Jacques Heim.

La pop star défunte semble regarder par-dessus son épaule vers le lit, qui repose sur un tapis bleu ciel de forme libre et possède une couverture dont le motif tropical rappelle à Jacques les peintures de Gauguin. Au-dessus se trouve l'une des appliques murales «Liane» de Jean Royère, dont le design évoque une plante grimpante. «Je voulais que ma cliente se sente comme si elle était dans le ciel ou presque sur une île du Pacifique», note Jacques. Où qu'elle soit transportée lorsqu'elle se couche pour se reposer, c'est certainement un monde loin de l'appartement qu'elle connaissait auparavant.

Lampe en bronze 'Osselet' et tapis en laine sur mesure par Jacques Hervouet. 1959 peinture de Joseph Rivoalen.

galeriehervouet.fr

Étiquettes:  Salle de bain et buanderie Décorer Chambres à coucher 

Des Articles Intéressants

add