Un appartement de luxe à Paris rempli d'art

L'architecte d'intérieur française Charlotte Macaux Perelman aime normalement respecter l'histoire des espaces qu'elle transforme. «Il y a toujours une âme, quelque chose à préserver», explique-t-elle. "J'aime m'inspirer de ce que je trouve." Un exemple parfait est un loft qu'elle a rénové sur une place universitaire à Manhattan pour un marchand d'art il y a environ 10 ans où elle a conservé les planchers irréguliers et les plafonds en béton fissuré, et a insisté pour que les tuyaux de plomberie et le système électrique restent apparents.

Les fauteuils devant la cheminée en marbre portugais ont été conçus par Pierre Jeanneret. Table basse 'Aes' en bronze noir par Barber & Osgerby pour Hermès Maison. La boîte Hemisphere en laque orange est de Pierre Charpin pour Hermès Maison. Tapis 'Jardin' par India Mahdavi pour Cogolin. La peinture au-dessus de la cheminée est Style Wars 2014 du russe Stepan Krasnov, dont le nom d'artiste est '310'. À droite de la cheminée se trouvent deux «signaux lumineux» créés par Vassilakis Takis dans les années 1960.

Il y a cependant une exception à chaque règle et ce qui l'intéressait dans cet appartement de 230 mètres carrés, qui donne directement sur le parc Monceau à Paris, était précisément le fait qu'il n'y avait rien à récupérer. "C'était tellement tordu que j'étais certaine que tout devait être démoli", dit-elle. L'ancien propriétaire y vivait depuis 42 ans et avait redécoré des pièces à différentes époques, chacune dans les goûts et les modes de cette époque. Stylistiquement, c'était partout, un vrai hotchpotch. "

Canapés 'Don Juan' de Christian Liaigre avec coussins d'Élitis dans le salon. L'œuvre à gauche de la fenêtre est une photographie de Valérie Belin. Au-delà de la cheminée, une lampe Ettore Sottsass se dresse sur une table d'Isamu Noguchi.

Dans la chambre principale, il y avait une mezzanine de style années 70 avec un grand canapé en cuir marron de forme libre et d'énormes boules d'argent. Le hall d'entrée était une sorte d'hommage au mouvement du design de Memphis des années 80, avec un triangle en marbre noir au milieu du sol et un buste égyptien sur un piédestal. Le salon était couvert de lambris à caissons et il y avait de longs couloirs étroits avec des trappes dans les plafonds et des échelles rétractables qui s'abaissaient pour accéder à un niveau exigu au-dessus. "C'était très étrange - un peu comme le film Being John Malkovich ", dit-elle.

Dans la chambre principale, les murs sont recouverts de lin. Le banc en teck et canne a été conçu par Pierre Jeanneret dans les années 1950. Le portrait de Picasso a été réalisé par André Villers. À côté, un dessin de Gérard Garouste.

Pour la créatrice, le projet représentait le plus gros chantier de démolition jamais réalisé. "Rien n'a été laissé en place", dit-elle. "Pas un sol, un mur ou un plafond". Ou plutôt, presque rien. Au cours des travaux, un plafond aux moulures majestueuses a été découvert dans le salon après la suppression de simples panneaux de plâtre qui le dissimulaient depuis des décennies. "Nous ne nous attendions pas à trouver quelque chose comme ça", dit-elle.

La table à manger personnalisée a un plateau en Corian et une base en métal. Les chaises de salle à manger ont été conçues par Arne Jacobsen. L'unité de rangement et d'étagères sur mesure est en chêne. Canapé "Coogee Cotton" de Sentou à Paris. Appliques murales Cassina 'Marseille' par Le Corbusier. La photo est Les Lions de Jean-Pierre Khazem. La carafe sur la table est de Tom Dixon.

Il était peint en brun et recouvert de terre, mais Macaux Perelman a décidé de le célébrer et de modifier son plan d'origine pour un certain nombre de petites salles de réception. À leur place, elle a créé un grand espace de vie ouvert, adapté aux dimensions du plafond. Le coin salon à une extrémité est séparé de la cuisine sculpturale graphique à l'autre uniquement par une paire d'étagères en chêne. Chacun comprend une porte qui glisse d'avant en arrière sans l'aide d'un rail. "Il existe un mécanisme caché incroyablement complexe", dit-elle. "Il y a peu d'artisans qui auraient pu les créer."

Les fauteuils vintage sont italiens des années 50. La lampe a été conçue par Gino Sarfatti. Table 'Lalinde' de la Galerie Sentou à Paris. La photo sur le mur à gauche de la fenêtre est de Vik Muniz.

Depuis 20 ans, la créatrice a développé une carrière des deux côtés de l'Atlantique. Elle a travaillé pour Philippe Starck et le gourou de l'hospitalité André Balazs avant de créer sa propre entreprise en 2005. Parmi ses premiers projets, la rénovation de l'hôtel Royalton à New York. Il y a trois ans, elle a également été nommée co-directrice artistique d'Hermès Maison, Puiforcat et Crystal Saint-Louis. «Elle a l'œil vif et tend vers une esthétique très épurée», explique le directeur de la création d'Hermès, Pierre-Alexis Dumas. Son style est certainement tout à fait reconnaissable. Elle privilégie les murs blancs, les lignes épurées, une approche architecturale rigoureuse et les matériaux naturels, notamment le chêne et le marbre. "Elle est la reine des détails, souvent imperceptibles mais qui font toute la différence. Il y a un sentiment de perfection dans tout ce qu'elle fait", ajoute la propriétaire de l'appartement.

La salle de bain principale est revêtue de marbre de Carrare. Tabouret 'Butterfly' par Sori Yanagi. Bain Beta Essential de Hidrobox. Les deux sérigraphies sont de Takashi Murakami. Robinetterie et baignoire «Roma» de Stella.

La femme en question et son mari sont tous deux de grands fans d'art. Elle a travaillé auparavant dans le département juridique d'une fondation d'art bien connue; il est le petit-fils d'un antiquaire. Elle se souvient avoir visité le studio de Manhattan de Jeff Koons au cours de son travail. "Ce fut une expérience exceptionnelle", dit-elle. "C'était plein de gens et il avait le contrôle sur tout." Pour Macaux Perelman, les œuvres des propriétaires apportent une forme de fantaisie. Ils comprennent des photos de Vik Muniz et Philip-Lorca Dicorcia dans le salon, une œuvre de Bernard Frise dans le hall d'entrée et des toiles colorées de l'artiste russe Stepan Krasnov dans le style de Roy Lichtenstein qui "donnent de la vitalité et un bon esprit", disent les les propriétaires.

Dans la chambre principale, les taies d'oreiller et la grande couverture sont de la société Limonta. Le plus petit plaid à carreaux est de Hermès Maison. Photo au-dessus du lit par David Levinthal. Appliques murales vintage par Robert Mathieu achetées à Didier Jean Anicet Courbot. Oeuvre néon de Fabio Ranzolin. La petite sculpture totémique derrière le lit est d'Ettore Sottsass. La lampe rose derrière le lit est de Haos. Chaise 'Oria' par Rafael Moneo pour Hermès Maison. La lampe suspendue au-dessus de la coiffeuse est de Michael Anastassiades.

En revanche, le mobilier est caractérisé par une certaine retenue. Ils comprennent une paire de canapés Christian Liaigre et diverses pièces Hermès Maison. Parmi eux, la table basse en bronze «Aes» de Barber & Osgerby et quelques chaises Rafael Moneo «Oria». Mais il y a un espace où le designer a décidé de se libérer: dans la salle d'eau des invités, où les murs sont recouverts de motifs géométriques anguleux aux couleurs vives. «Je me donne un peu de liberté pour décorer les toilettes», dit-elle. "C'est là que vous pouvez vous amuser esthétiquement." L'intervention peut être audacieuse, mais les propriétaires ne voudraient pas qu'il en soit autrement. "Nous avons adoré l'idée d'entrer dans un monde complètement différent", disent-ils. "Nos invités sortent toujours avec un petit sourire d'émerveillement sur leurs visages."

Visitez studio-cmp.com

Étiquettes:  Cuisines Salle de bain et buanderie Saln 

Des Articles Intéressants

add