À l'intérieur d'un cottage provincial français d'un créateur de mode

La créatrice de mode Victoria Varrasso aime sa maison - un chalet à Victoria's Daylesford - pour refléter ses passions.

Des vêtements qu'elle conçoit et porte aux objets variés qu'elle collectionne et l'art sur ses murs, elle décrit ses compositions comme "une belle façon de s'exprimer".

Amoureuse des pièces européennes vintage et antiques, du classique au décalé, jusqu'au début du XXe siècle et «tout ce qui est français», Victoria considère son style comme une extension de son être intérieur.

Les mêmes thèmes se retrouvent dans sa boutique de Daylesford, Manteau Noir, qui est le nid d'une pie d'œuvres d'art enchanteresses, de trésors artisanaux, d'articles ménagers et de vêtements de la marque Manteau Noir de Victoria.

Le chalet du mineur des années 1860.

«J'aime créer un dialogue de conception intéressant où les couches se combinent et transmettent un sens de l'ironie et de l'humour», dit-elle.

Victoria, qui a conçu le label Victoria Loftes, qu'elle possédait avec son frère Jonathan des années 1990 à 2005, a déménagé dans la ville thermale de Daylesford en 2013 avec son mari Laurence Varrasso, un ingénieur en mécanique qui conçoit des éléments architecturaux en acier.

Un coussin de portrait «Howard» de Manteau Noir se trouve sur une table d'appoint.

Le mobilier du salon comprend une chaise en rotin doré des années 1920 achetée auprès de Kerry O'Connor Acquisitions à Melbourne. Un vase de poterie Camark vert vintage se trouve sur une table basse du Rajasthan.

Leur famille était accompagnée de «bébés à fourrure»: Jasper le whippet, Willa le bouledogue américain et Louie, un chat Cornish Rex.

Pour le moment, la maison est un chalet de mineur surplombant Daylesford, alors qu'ils construisent leur maison de rêve en tôle ondulée et en acier sur trois hectares de terres agricoles à Eganstown, à proximité.

Laurence et Victoria se sentent chez elles à Daylesford.

Silhouettes géorgiennes aux côtés des objets de collection de Victoria.

Alors que ce collectionneur de longue date admet que seules quelques pièces ont pu arriver ici (les autres attendent dans des conteneurs pendant que leur nouvelle maison prend forme), la plupart sont des choses dont elle ne peut pas vivre sans.

Dans le salon, Jasper s'installe sans honte sur un précieux canapé français peint à la main du XIXe siècle, tandis qu'au-dessus se trouvent des camées de silhouette géorgienne et des portraits à l'huile.

Jasper le whippet s'incline au milieu des coussins Geneviève Levy et Manteau Noir sur le canapé français.

Un meuble présente de l'étain géorgien, des objets de transfert et une collection de poteries des années 40 trouvées dans les marchés et les ventes aux enchères - "ici et à Paris".

Victoria admet également qu'elle ne peut résister à rien avec un motif de gland, de la faïence française et des bijoux de deuil victoriens ("Je suis obsédée par la façon dont les gens pleuraient").

La photographie vintage est aussi un favori - "J'ai une grande collection de daguerréotypes."

L'artiste Anita Mertzlin a conçu le logo de la marque Victoria, Manteau Noir.

Ce n'est pas la valeur de l'œuvre qui la concerne, mais le sens du temps et de l'histoire.

"J'adore les choses portées par le passage de nombreuses mains, les choses avec une belle qualité picturale. Je n'aime pas tout ce qui est ouvertement brillant ... Mon amour des vieilles choses est venu de visiter la maison de mes grands-parents à Melbourne, de parcourir les affaires de ma grand-mère et de trouver de belles des choses."

Une lampe de style Art déco et des pièces victoriennes Doulton reposent sur la commode française.

Lorsqu'ils ont déménagé à Daylesford, Victoria est revenue au design de mode après une longue pause.

Sa collection Manteau Noir est fabriquée à partir de tissus naturels, principalement du lin européen, teint à la main dans des couleurs neutres et fabriqué à Melbourne.

Le home studio de Victoria comprend une table française antique et un coffre d'herboriste japonais, et des boulons de tissu européen.

"Alors que la collection est inspirée des vêtements pour enfants de l'époque victorienne et des blouses d'artistes français - et il y a aussi une esthétique japonaise très minimaliste ... Les vêtements sont intemporels et sont plus liés au style qu'à la mode."

Victoria propose également une gamme de coussins en lin imprimé. "Je m'étais sentie épuisée, mais lorsque nous avons déménagé ici, j'ai été inspiré pour être à nouveau créatif."

Le couple est tombé amoureux de Daylesford peu de temps après leur rencontre en 2006. "Nous avons commencé à venir ici le week-end", explique Victoria. "Nous sommes juste tombés amoureux de la ville."

Robinetterie vintage et rideau de douche en lin dans la salle de bain.

Cependant, la recherche d'un chantier prendrait trois ans.

"Eganstown est très proche de Daylesford, il y a des collines et de la terre de chocolat. La maison sera entièrement en tôle ondulée et en acier. C'est une opportunité pour Laurence de présenter sa charpente métallique et je peux créer quelque chose à l'esthétique de ma conception. C'est une opportunité pour nous pour mettre nos compétences ensemble. "

Étiquettes:  Faisceau Chambres d'enfants Décorer 

Des Articles Intéressants

add